Connaissez-vous la vie des abeilles ? C’est un monde extraordinaire, méconnu et portant riche d’enseignements. Elles forment une société très structurée qui s’apparente à une grande entreprise.

Ils comprennent 3 castes d’abeilles, soit :

  • la reine,
  • les faux-bourdons
  • et les ouvrières.

La tâche unique de la reine est de pondre. Quant aux faux-bourdons (abeilles mâles), au nombre de quelques centaines, ils ont eux aussi une unique fonction, celle de féconder la reine lors du vol nuptial.

Autour de la reine, il y a enfin les abeilles ouvrières, dont le nombre fluctue selon la saison (hiver : jusqu’à 15 000; haute saison : jusqu’à 50 000) et qui s’activent avec une ardeur déconcertante.

Un rôle pour chacun

La reine le faux bourdon et l'ouvrière

La reine

Le seul rôle de la reine est d’assurer la pérennité de l’essaim par le renouvellement continu de ses membres. Elle s’accouple quelques jours après sa naissance avec une quinzaine de mâles lors de son vole nuptiale dans des zones de rassemblement de mâles où il peut y avoir jusqu’à 15 000 faux bourdons. Durant la période estivale et au mieux de sa forme, elle peut pondre plus de 2000/3000 œufs quotidiennement. Pour ce faire, elle est nourrie toute sa vie à la gelée royale ce qui lui assure une croissance fulgurante. Elle multiplie son poids par 1700 en l’espace de 4 jours. Elle reçoit de la part de ses futurs sujets une attention particulière. Entre 4 et 8 ouvrières s’occupent d’elle constamment. Elle mesure 18 à 20 mm, il est possible de la reconnaître par son abdomen plus allongé que les ouvrières et dans des conditions favorables, possède une longévité de quatre à cinq années.

Le faux-bourdon

Le faux-bourdon ou abeille mâle naît uniquement au printemps (début avril). Il ne travaille pas, est incapable de butiner, ne fabrique pas de miel et ne pique pas non plus. Pour subsister, il puise dans les réserves de la ruche. Il est plus trapu, plus long et plus velu que l’abeille ouvrière. Il possède en outre de plus gros yeux qui lui permettent de mieux voir lorsqu’il doit suivre la reine haut dans les airs pour la féconder. À l’arrivée de l’automne, quand la nourriture se fait plus rare en août, le faux-bourdon est expulsé de la ruche par les ouvrières et comme il ne peut se nourrir seul, il meurt. En générale sa durée de vie est de 3 à 4 semaines.

Les abeilles et ses métiers

Les ouvrières

Les ouvrières ne forment ni plus ni moins la cour de la reine. Quelques jours après sa fécondation, cette dernière commence à pondre. Les ouvrières veillent avec assiduité et attention à son alimentation et à son hygiène. Comme nous le verrons plus loin, elles sont toutes destinées à accomplir des travaux utiles au bon déroulement des activités de la colonie. Seules les très jeunes abeilles sont dispensées des tâches extérieures tant que leur corps n’est pas suffisamment développé. En périodes d’activités intenses, les ouvrières vivent environ deux à trois semaines. Leur durée en hiver est plus importante et peuvent durer quelques mois. Généralement, les abeilles d’hiver disparaissent au mois de mars pour laisser place aux abeilles d’été. Début mars est généralement une période délicate pour la colonie. Mal hiverné ou malade, elles peuvent disparaître.

Organisées et structurées comme des travailleurs dans une véritable société, les abeilles n’ont personne à envier en ce qui concerne la répartition des tâches et à la défense de l’intérêt général. Tout au long de leur vie, elles jouent un rôle précis, mais évolutif, à l’intérieur de l’essaim. La répartition de leur travail, différent pour chacune (entretien, manutention, édification, climatisation, protection, approvisionnement…), est établie selon leur âge – à la naissance, l’abeille, bien que complètement formée, demeure encore physiologiquement immature et des changements particuliers s’opèrent sur certains de leurs organes.

La nettoyeuse

À sa naissance, quelques heures après sa naissance l’abeille est préposée au ménage. Elle enlève les déchets que contiennent les cellules puis lèchent et lustrent le fond de celles-ci. Le ménage complet d’une cellule prend environ 40 minutes à une équipe constituée de 15 à 30 abeilles.

La nourrice

La fonction attribuée à la nourrice à partir du sixième jour est de s’occuper du couvain, inspecter et nourrir les larves, en moyenne 1926 fois en 72 minutes.  À ce stade, les glandes hypopharyngiennes de la jeune abeille sont assez développées pour être en mesure de produire de la gelée riche en protéines, lipides et vitamines. Les nourrices qui s’occupent de la reine  sécrètent la gelée royale à partir des glandes mandibulaires.

La magasinière

Vers le quinzième jour, l’abeille magasinière manutentionnaire accueille les butineuses (voir le point 3.8) à l’entrée de la ruche, de retour de leur voyage hors de celle-ci, le jabot (petite poche aussi appelée estomac à miel) gorgé de nectar. Le liquide sera recueilli par la magasinière dans son propre jabot qu’elle régurgitera à maintes reprises afin de transformer peu à peu le nectar en miel grâce à ses enzymes, qui est par la suite transféré dans une alvéole pour y être emmagasiné. Il faut 2 à 3 abeilles magasinières par butineuse.

La cirière

L’abeille cirière est chargée de bâtir les rayonnages à l’aide de la cire qu’elle produit de manière autonome à l’aide de ses glandes cirières situées sur son abdomen. Elles construisent les alvéoles où seront emmagasinées les provisions de miel et de pollen ainsi que les larves pondues par reine. C’est un travail d’équipe réalisé par des abeilles âgées de 8 à 17 jours. 1kg de cire nécessite 991 00 écailles et permet de construire 77 000 alvéoles pour  8,4Kgr de miel consommé.

L’architecte et la maçonne

À l’instar des êtres humains qui ont recours à des ouvriers pour construire leur demeure, les abeilles aussi peuvent compter dans leurs essaims sur les bons services d’ouvrières appelées architectes, dont le métier est de construire les rayons de la ruche, operculer les cellules, réaliser toutes les réparations essentielles au bon maintien de la ruche. C’est un travail collectif qui exige coordination et minutie.

La ventileuse

La mission première de la ventileuse consiste à aérer la ruche, par le battement de ses ailes, et ainsi réguler sa température, le taux d’humidité et de gaz carbonique. L’âge moyen de la ventileuse est d’environ 18 jours, bien que cette tâche puisse être effectuée par les ouvrières de tous âges. La ventileuse a également pour rôle de battre le rappel pendant le regroupement de l’essaim.

La gardienne

La gardienne joue un rôle majeur au sein de la colonie. Elle est attitrée à la protection de cette dernière. Elle a pour fonction de vérifier à l’entrée de la ruche l’identité des abeilles qui y entrent dans le but de faire obstacle aux éventuels prédateurs (le frelon notamment) ou aux envahisseurs en provenance d’autres colonies qui voudraient les attaquer ou piller leurs précieuses réserves. L’âge de la gardienne se situe généralement entre 12 et 25 jours.

La butineuse

La mission que l’on confie à la butineuse de plus ou moins 21 jours est celle de responsable de l’approvisionnement. C’est à ce moment qu’elle peut s’envoler à l’extérieur de la ruche à la découverte de nouveaux horizons et pour apporter tous les éléments indispensables au bon fonctionnement de l’essaim : le nectar, le pollen, l’eau, la propolis. En fonction de la proximité des fleurs, elle devra effectuer quotidiennement une dizaine à une centaine de voyages. Ce rythme de travail la prive progressivement de son énergie, elle rend l’âme au bout de quatre à cinq jours.

La naissance d’une abeille

Le couvain

Le couvain, dans une ruche (le terme est utilisé également pour d’autres insectes), désigne l’ensemble des œufs, des larves et des nymphes sécurisés et pris en charge par les abeilles ouvrières. Les œufs et les larves font référence au couvain ouvert car leurs alvéoles n’ont pas été operculés tandis que les nymphes forment le couvain fermé, leurs alvéoles étant scellés.

Les abeilles, à l’instar d’une multitude d’autres insectes, subissent sous forme cyclique une transformation complète. Cette transformation passe par les stades suivants : œuf, larve, nymphe, abeille adulte. L’œuf, petit bâtonnet blanc, passe au stade larvaire après trois jours. La larve, sorte de ver blanc, apparaît ensuite pour céder sa place à la nymphe le neuvième jour de sa vie jusqu’à sa transformation en abeille adulte.

L’œuf

L’œuf, c’est la toute première étape dans le cycle de vie de l’abeille. Il est blanc nacré, de forme oblongue et est recouvert d’une membrane appelée chorion. Le premier jour, il mesure 1,5 mm de long sur 0,5 mm. La reine pond un œuf par alvéole. Un oeuf fécondé se transformera en abeille ouvrière tandis qu’un œuf non fécondé se transformera en faux-bourdon. Au bout de trois jours, l’œuf devient une larve.

La larve

Après trois jours, l’œuf éclot et une larve en sort. À partir du cinquième jour, cette larve se développe à vitesse grand V parce qu’elle mange quasi en continu. En cinq jours à peine, son volume augmente de près de 1500 fois. Puis, la larve se tisse un cocon. Le stade larvaire dure environ six jours.

La nymphe

À ce stade, le petit organisme tapi sous l’opercule commence à ressembler à une abeille adulte. On peut observer à cette étape les pattes, les yeux et les ailes de l’insecte se développent progressivement et de petits poils apparaissent sur l’ensemble de son corps. Au terme de cette étape, l’abeille devenue adulte se prépare à s’extirper de l’alvéole en grignotant l’opercule.

Si vous souhaitez faire découvrir la vie des abeilles à un ami ou un proche, n’hésitez pas à partager cette publication.